.

mardi 16 mai 2017

Un moment de vie...


Pas de patch aujourd'hui, juste un moment de vie à partager avec vous. 
Il parait que les contes de fées finissent toujours bien et dans la réalité, comment ça se passe ? 

***


Errant dans les rues depuis quelques temps, je ne savais pas très bien d’où je venais ni où j’allais. 
Je ne savais pas non plus comment je m’appelais.  
Ce que je me rappelle c’est que j’avais faim et soif, que le temps n’était pas clément. 
J’avais très peur aussi et par conséquent j’étais très prudent.
Je ne sais pas combien de temps j’ai erré seul, perdu.

Un jour, un monsieur me remarqua et trouva étrange que je sois là à me balader, sans laisse, ni collier.
Il me conduisit chez un vétérinaire afin de pouvoir m’identifier mais nulle trace de moi dans un quelconque  dossier. 
On afficha ma photo, peut être que je m’étais échappé ? 
Les jours passaient mais personne ne semblait me réclamer. 
Je n’étais pas plus avancé.
Je n’avais toujours pas de nom et toujours pas de maison car le gentil monsieur m’avait expliqué qu’il ne pouvait pas me garder.

Et puis un matin, il m’emmena dans le garage en me disant d’être très sage. 
Il avait l’air tout ému et dans son regard, il y avait un mélange de désespoir et d’espoir. 
Quelques minutes plus tard, la porte s’ouvrit enfin. 
On me fit monter à l’arrière d’une voiture. A côté de moi, un drôle de garçon me parlait doucement. 
Je n’étais pas rassuré. Où m’emmenait-on ? 
J’avais entendu tellement de choses effrayantes sur l’avenir des chiens errants.

Durant le trajet, les occupants me parlaient de foyer, de gamelles bien remplies, de caresses à donner et d’amour à partager. 
Oui mais moi, je n'y croyais pas trop, on m'avait déjà raconté tout cela. 

Soudain la voiture s'arrêta. C'était un étrange endroit avec des odeurs bizarres. Il y avait beaucoup de bruits et surtout beaucoup de voitures et de gros camions. Allait-on m'abandonner ici? 
J'étais très stressé. 
Après une courte promenade,  un croissant croustillant m’attendait. J’étais affamé, je n’ai pas refusé. Je l’ai dévoré en une seule bouchée.
On se remit en route. Mais où allait-on comme ça ? Que ce chemin me semblait long! 
Puis soudain la voiture s’immobilisa à nouveau. On était arrivé ?

Je reniflais partout mais rien ne me semblait familier. 
Où étais-je ?
 Je regardais interrogatif ces personnes qui me souriaient et m'encourageaient à avancer.
Sur la pointe des pattes,  je les suivais. 
Tout penaud que j’avais l’air avec ma queue pendante qui frétillait nerveusement.

Tout le monde était gentil avec moi et on me souhaita la bienvenue avec une grande gamelle d’eau.
J’avais tellement soif que je n’ai pas fait attention et j’ai inondé tout le plancher.. 
Ça commençait bien, j’allais déjà me faire disputer.  
J’ai remué un peu la queue pour m’excuser et me suis éclipsé sous la table. Mais personne n’a rien dit, ils m’ont laissé tranquille et sont tous partis dans une autre pièce.

Qu’est-ce que je devais faire ? Rester tapi ou aller voir ce qu’ils faisaient ? 
J’hésitais.
 Peut-être que je devais rester là mais ma curiosité l’a emporté. 
Courageusement,  je me suis avancé. Une patte à la fois et sans faire de bruit. 
Je ne voulais surtout pas causer de soucis.
Mais lorsqu’ils m’ont vu, ils m’ont appelé et incité  à venir m’installer près d’eux dans un grand fauteuil moelleux, de faire comme chez moi.

Chez moi ?

Il est vrai que j’en rêvais depuis très longtemps mais pouvais-je l’espérer ? 
J’étais déjà  grand et pas très bien éduqué. 
Maladroit et parfois turbulent et de là où je venais on me reprochait quelques bêtises bien aiguisées.
Et si on me remettait dans une voiture ?

Le temps a passé et depuis, la voiture et moi sommes devenus de grands amis. Tous les jours, elle m’emmène me balader à travers champs et forêts. Et quand je rentre, mon bol d’eau qui m’attend est toujours bien frais.



J’ai 8 mois, je suis un braque allemand.
 J’ai une famille, une maison, un foyer 
et aujourd'hui,  j’ai un nom!

Je m’appelle Toby.


***
Depuis le décès de notre Kiwi, qui nous manque toujours autant, 
j'ai beaucoup hésité sur le choix d'un nouveau compagnon. 
Petit, grand... Qu'est-ce qui nous conviendrait le mieux?
 Je  n'arrivais pas à me décider. 
Et puis un soir, sans trop savoir pourquoi,
 j'ai épluché les petites annonces et je suis tombée sur cette gueule d'amour. 
Le hasard? Oui mais... je ne crois pas au hasard... 
200 km plus loin... il attendait un foyer... 
La réalité devenait conte de fée. 
Nos destins étaient scellés. 


*

Erwan et Kiwi 2007

lundi 17 avril 2017

Y a quelqu'un ?


Eh oui !
Il y avait ''Fort Lointain'' (Sherk) et là, il y a ''Fort Longtemps''. 
- Petit village en pleine expansion mais pas situé dans la même région.-


Non que je vous oublie ou vous boude mais parfois, il arrive que l'on ait envie de déposer ses bagages au bord d'un rivage et de s'y assoupir quelques temps, histoire de se reposer, de se ressourcer.
Prendre le temps d'écouter le murmure du silence et oublier l'espace d'un instant les maux dus à vouloir, falloir, devoir,...


Toutes ces priorités que l'on brandit tel des cris à la grève et qui finissent par assourdir nos envies, alourdir nos vies.

La peur d'être enracinée dans les regrets m'a apporté le besoin de planter de nouveaux projets, de délaisser pour un temps écrits et aiguilles pour me remettre  à dessiner.


Comment vous expliquer que lorsque je commence à m'emmêler dans les pinceaux, le temps disparaît et minute s'apparente à félicité.


Sur la palette, les couleurs se mélangent dans mes  idées et comme par magie, viennent s'écraser sur une toile ensorcelée.

Je ne vous promets pas de prochaine rentrée, car j'ai aperçu au détour d'un chemin un joli jardin jonché de belles pensées que je me suis mise en tête de cultiver.


Pour l'heure, il est déjà temps de vous quitter, non sans vous souhaiter de bons instants à rêver.

Pom'



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...