.

dimanche 27 août 2017

Dans la douceur de vivre....


Que la vie est paisible au pays de Toby.

Entre nos longues balades en forêts ou en campagne,
 des moments de tendresse et de douceur.
Des instants de bonheurs.


Lorsque Toby est arrivé chez nous, la queue entre les pattes, sursautant au moindre bruit, grognant et se cachant à l'approche de toutes personnes masculines, je n'imaginais pas un seul instant qu'il aurait pu changer en si peu de temps.

Aujourd'hui, c'est un Toby farceur et joueur qui nous suis toute la journée
 et à tout vous avouer, la nuit aussi.
Veillant sur notre sommeil, gardien de nos rêves enchantés.

'Graine d'amour' - top été 2017 Pom'Country

Son endroit préféré, vous le devinerez, c'est l'atelier.
Installé sous une table, entouré de ses jouets, il me regarde quilter en silence.
Je lis dans ces yeux tous les mots de joies et de douceurs qu'il ne peut prononcer. 
Toute la chaleur de son amitié. Entre nous, un dialogue muet s'est installé.
Une belle complicité.

'Graine d'amour' - top été 2017 Pom'Country

Outre le patch, Toby est un collectionneur.
Il aime amasser coussins et souliers dans son panier.
Enfin quand je dis panier...
Il aime surtout les couvertures qu'il peut trinqueballer selon ses envies.
En un mot, c'est un Amour.

'Une maison d'amitié' - Pâte à modeler - Pom'Country

Et le temps passe, agréablement...

Bien que nous ayons encore quelques jours heureux à profiter entre nous, 
on voit doucement septembre arriver avec ses routines à tartiner
et ses trajets à recommencer.
Je n'ai pas vu l'été passer. Il faut dire qu'il fut surchargé en bonnes journées.

Après m'être accordée quelques jours de congés ensoleillés bien mérités, 
j'ai recommencé mon triage à jeter, s'il n'y avait eu que l'atelier !

'Une maison d'amitié' - Pâte à modeler - Pom'Country

C'est fou ce que l'on peut amasser et caser dans des coins à oublier.
De ce travail qui peut paraître laborieux, personnellement, il me rend heureuse.
De là, à repeindre les murs et changer de déco,
il n'y avait plus que quelques coups de pinceaux...
Les échelles installées, les pots débouchonnés,
le rouleau assorti à l'humeur de ces jours paisible
et le tour était presque joué...

Fini ? Non, il me reste encore pas mal à faire...
Mais comme le dis le proverbe '' Un jour à la fois ''.

'Une maison d'amitié' - Pâte à modeler - Pom'Country

Il fut un temps où je courais après des délais que je me fixais, 
pour ceux qui me pressaient ou tout autre raison à prétexter
mais cela a fini par m'épuiser et au final, je n'en profitais jamais.
Alors déçue de ne pouvoir jouir de ce bref  moment de joie
que procure une oeuvre achevée
telle que je l'avais rêvé, je n'avais qu'une envie, celle de tout recommencer.

' Un jardin enchanté' - Pâte à modeler - Pom'Country

Il m'en a fallu du temps pour comprendre qu'on ne courrait pas après le temps, 
on est toujours perdant.
Il vaut mieux vivre l'instant présent.

Depuis que j'ai compris cela, je vis au gré du mes envies.
je me réveille le matin avec une seule question :

''Qu'est-ce que je pourrais faire aujourd'hui qui me rendrait heureuse ?''

Étrangement, je trouve toujours une réponse qui me convienne
et elle n'est jamais la même !

Non, je ne vois pas le temps passer !

Etiquette - Pom'Country

Trop occupée à vivre de mes projets, je m'amuse sans arrêt,
même en faisant les corvées.
Je vis pleinement ce que j'ai envie de vivre, profite de chaque instant.
Est-ce l'arrivée de Toby qui a éveillé en moi l'envie de vivre une autre vie ?
Je n'en sais trop rien.
Tout ce que je sais, c'est qu'il y a bien longtemps que je cherchais un autre chemin.

 Un jardin enchanté' - Pâte à modeler - Pom'Country

Il m'est arrivé tellement souvent de suivre des sentiers défendus,
de traverser à la nage des rivières asséchées, 
me prenant le nez dans les hautes branches des osiers, 
cherchant avec ardeur cette oasis de fraîcheur tout en sachant que ce n'était que temps perdu,
et  pourtant, j'y mettais du coeur à ramer dans ces déserts. 

Alors me demanderez-vous, comment ai-je fait pour me retrouver sur ce nouveau chemin ?
Cela m'a t-il pris beaucoup de temps ?

Le seul temps que cela m'a pris, c'était celui de comprendre, pour le reste,
il m'a suffi de traverser la route.

 Un jardin enchanté' - Pâte à modeler - Pom'Country

Au fond du grenier, caché dans un panier tout déglingué,  sur un petit bout de papier griffonné se trouve la clef qui dévoile un secret. 

'' Le plus souvent on cherche le bonheur comme on cherche ses lunettes quand on les as sur le nez ''
- 1983, Alain Ledoux, professeur de morale, école communale de Bray -

C'est ici, en compagnie de mes nouvelles envies que je vous laisse méditer. 
Pour ma part, je m'en vais continuer à rêver et puis aller me coucher... 
Et demain ? Ben, je n'en sais encore rien !



Belle semaine à tous !






mardi 16 mai 2017

Un moment de vie...


Pas de patch aujourd'hui, juste un moment de vie à partager avec vous. 
Il parait que les contes de fées finissent toujours bien et dans la réalité, comment ça se passe ? 

***


Errant dans les rues depuis quelques temps, je ne savais pas très bien d’où je venais ni où j’allais. 
Je ne savais pas non plus comment je m’appelais.  
Ce que je me rappelle c’est que j’avais faim et soif, que le temps n’était pas clément. 
J’avais très peur aussi et par conséquent j’étais très prudent.
Je ne sais pas combien de temps j’ai erré seul, perdu.

Un jour, un monsieur me remarqua et trouva étrange que je sois là à me balader, sans laisse, ni collier.
Il me conduisit chez un vétérinaire afin de pouvoir m’identifier mais nulle trace de moi dans un quelconque  dossier. 
On afficha ma photo, peut être que je m’étais échappé ? 
Les jours passaient mais personne ne semblait me réclamer. 
Je n’étais pas plus avancé.
Je n’avais toujours pas de nom et toujours pas de maison car le gentil monsieur m’avait expliqué qu’il ne pouvait pas me garder.

Et puis un matin, il m’emmena dans le garage en me disant d’être très sage. 
Il avait l’air tout ému et dans son regard, il y avait un mélange de désespoir et d’espoir. 
Quelques minutes plus tard, la porte s’ouvrit enfin. 
On me fit monter à l’arrière d’une voiture. A côté de moi, un drôle de garçon me parlait doucement. 
Je n’étais pas rassuré. Où m’emmenait-on ? 
J’avais entendu tellement de choses effrayantes sur l’avenir des chiens errants.

Durant le trajet, les occupants me parlaient de foyer, de gamelles bien remplies, de caresses à donner et d’amour à partager. 
Oui mais moi, je n'y croyais pas trop, on m'avait déjà raconté tout cela. 

Soudain la voiture s'arrêta. C'était un étrange endroit avec des odeurs bizarres. Il y avait beaucoup de bruits et surtout beaucoup de voitures et de gros camions. Allait-on m'abandonner ici? 
J'étais très stressé. 
Après une courte promenade,  un croissant croustillant m’attendait. J’étais affamé, je n’ai pas refusé. Je l’ai dévoré en une seule bouchée.
On se remit en route. Mais où allait-on comme ça ? Que ce chemin me semblait long! 
Puis soudain la voiture s’immobilisa à nouveau. On était arrivé ?

Je reniflais partout mais rien ne me semblait familier. 
Où étais-je ?
 Je regardais interrogatif ces personnes qui me souriaient et m'encourageaient à avancer.
Sur la pointe des pattes,  je les suivais. 
Tout penaud que j’avais l’air avec ma queue pendante qui frétillait nerveusement.

Tout le monde était gentil avec moi et on me souhaita la bienvenue avec une grande gamelle d’eau.
J’avais tellement soif que je n’ai pas fait attention et j’ai inondé tout le plancher.. 
Ça commençait bien, j’allais déjà me faire disputer.  
J’ai remué un peu la queue pour m’excuser et me suis éclipsé sous la table. Mais personne n’a rien dit, ils m’ont laissé tranquille et sont tous partis dans une autre pièce.

Qu’est-ce que je devais faire ? Rester tapi ou aller voir ce qu’ils faisaient ? 
J’hésitais.
 Peut-être que je devais rester là mais ma curiosité l’a emporté. 
Courageusement,  je me suis avancé. Une patte à la fois et sans faire de bruit. 
Je ne voulais surtout pas causer de soucis.
Mais lorsqu’ils m’ont vu, ils m’ont appelé et incité  à venir m’installer près d’eux dans un grand fauteuil moelleux, de faire comme chez moi.

Chez moi ?

Il est vrai que j’en rêvais depuis très longtemps mais pouvais-je l’espérer ? 
J’étais déjà  grand et pas très bien éduqué. 
Maladroit et parfois turbulent et de là où je venais on me reprochait quelques bêtises bien aiguisées.
Et si on me remettait dans une voiture ?

Le temps a passé et depuis, la voiture et moi sommes devenus de grands amis. Tous les jours, elle m’emmène me balader à travers champs et forêts. Et quand je rentre, mon bol d’eau qui m’attend est toujours bien frais.



J’ai 8 mois, je suis un braque allemand.
 J’ai une famille, une maison, un foyer 
et aujourd'hui,  j’ai un nom!

Je m’appelle Toby.


***
Depuis le décès de notre Kiwi, qui nous manque toujours autant, 
j'ai beaucoup hésité sur le choix d'un nouveau compagnon. 
Petit, grand... Qu'est-ce qui nous conviendrait le mieux?
 Je  n'arrivais pas à me décider. 
Et puis un soir, sans trop savoir pourquoi,
 j'ai épluché les petites annonces et je suis tombée sur cette gueule d'amour. 
Le hasard? Oui mais... je ne crois pas au hasard... 
200 km plus loin... il attendait un foyer... 
La réalité devenait conte de fée. 
Nos destins étaient scellés. 


*

Erwan et Kiwi 2007

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...